23/10/2015

Conte Halloween -2- Tartemoutarde

CONTE POUR HALLOWEEN

TARTEMOUTARDE ET LES POTIRONS MAGIQUES

 

L’horrible sorcière Tartemoutarde touille son bouillon toxique dans son chaudron cendreux, tandis que Kroaaak, son corbeau loufoque gobe mouches et moustiques alléchés par l’horrifique potion.

 Elle marmonne en touillant énergiquement : hé ! Oui Kroaaak, je ne suis pas aimée, l’année passée j’ai même été transformée en potiron. Une telle honte mérite vengeance !

 Blup, blurp, blurbup. Kroaaak gobe une très grosse mouche.

 

-Oui Kroaaak, je vais prendre ma revanche sur la clique de la fée Yambosana-Unpeurasta qui donne l’eau de lune aux humains.

 Bloup, blourb, blourbloup ! Kroaak gobe une très très grosse mouche !

 

A cet instant, Lucette, Nicolas et Surf le chat, débouchent par le chemin magique dans la bicoque de l’horrible sorcière.

 Ils entendent ses menaces.

 «  Un virus ! Un virus informatique ra-va-geur, voilà le venin que je prépare, je le nommerai « Faiscecifessecela.

Il détruira l’eau de lune dans les ordinateurs, il n’épargnera que les vilenies. Haha ! Il  sera moche le Web privé des contes, de la poésie, des jolies choses et de l’empathie. »

 Blopbloup, blurbloup, blourblurbloup. Kroaaak happe une trop grosse mouche.

 

Un haut-le-gésier le secoue et…il voit les enfants et le chat.

 Kroaaablop, Kroaaablurp, Kroaaabeûûûrk !

 

Alertée et furieuse, Tartemoutarde déroule un tourbillon noir en formulant la fatidique formule : « Lapsuslarigo brimborionfluo »

Rien.

Noir sur noir. Nos jeunes amis baignent soudainement dans les ténèbres.

Très haut là-bas une lueur, la lune, déchirée par une silhouette anguleuse.

-Nous sommes dans un puits, murmure Nicolas. Une chouette hulule au loin, le chat miaule de mécontentement, Lucette frissonne.

Des petits ossements jonchent le sol gluant, une souris ou …un rat fuit dans une anfractuosité.

 Lucette sursaute au contact d’un frôlement étrange ; ce n’est pas un serpent c’est une corde qui lui effleure l’épaule.

 Quelqu’un nous porte secours s’exclame –t-elle. Nos héros s’agrippent à la longue corde qui les hisse lentement hors du puits.

 Monsieur Mâchelazur ! La bonne fée Yambosana-Unpeurasta ! Lucette les a reconnus dès la sortie du piège profond. La lune blême découpe l’ombre  rassurante de la montgolfière amie.

 Soulagé de revoir les enfants et le chat, le magicien Mâchelazur résume la situation en une phrase : «  si Tartemoutarde vous a cherché noise, cela signifie qu’elle prépare encore une diablerie. »

 Dans la nuit profonde, le ballon s’élève au-dessus d’un vieux clocher mordu par les croix du cimetière qui l’entoure. De sinistres nuées avalent la nef aérienne mais Monsieur Mâchelazur est habile magicien, il navigue dans le sillage d’un petit nuage blanc.

 

Chez Tartemoutarde, le chaudron grouille de puantes bestioles : des petites pieuvres volantes, munies d’une vorace  « gueule mange-fichiers » entourée d’antennes vibratiles.

 « Bas les pattes, Kroaaak, ceci n’est pas pour toi », maugrée la nuisible mégère en traçant des signes maléfiques au sol.

 Nos amis et la bonne fée Yambosana-Unpeurasta se précipitent dans la bicoque infernale, un vent glacial s’y engouffre à leur suite.

 « Yambosana-Unpeurasta tu ne pourras entraver l’action de mon sortilège » siffle rageusement Tartemoutarde.

 -Mais si, assure calmement Monsieur Mâchelazur.

 Kroaaak s’élance vers Surf qui bondit et renverse le chaudron. Les monstrueux « faiscecifessecela » s’égaillent. Lucette en écrase quelques-uns pour protéger son chat mais…la sorcellerie opère déjà, les pieds de Lucette restent collés sur les virus écrasés.

 -Tiens bon Lucette, l’encourage Nicolas tandis qu’il tente de capturer Kroaaak.

 Cette pagaille n’empêche pas Tartemoutarde de proférer les mots cabalistiques qui activeront les virus ; «  Nolens Volens Nystagmus Internetomnibusprocessus »

 La luminescente fée Yambosana-Unpeurasta réplique par la formule de l’antidote : « Douxlépidoptères, Citrouillesalutaires Blackboulezlessquatters »

 Le tournoiement de sa baguette magique produit des myriades de gouttelettes scintillantes qui se métamorphosent en…potirons. Ceux-ci se ruent vers les « faiscecifessecela »  (un petit rappel de pacman ?)

 Emerveillés, Lucette et Nicolas et même le chat assistent à ce saisissant spectacle : les potirons dévorent les virus et se transforment en papillons qui s’envolent sur le Web d’où s’élève une musique semblable au chant des baleines.

 Regardez ! Le chaudron, il enfle, crie Nicolas. Il enflait vraiment et il prenait une belle couleur de potiron bien mûr. Quand il devint vraiment gigantesque il avala Tartemoutarde.

Kroaaak s’étouffait presque en tentant de manger la queue de cet énorme potiron.

Bloug, bouglouph, bourglouphbloug.

 

L’eau de lune coule à flots sur le Web et Surf le chat veille sur mon ordinateur, parfois il essaie d’attraper un papillon.

 

 

halloween,conte,tartemoutarde,yambosana-unpeurasra,potirons,magique,n°2

 

Les commentaires sont fermés.