27/10/2015

Halloween conte N°3 pour 2016- Tartemoutarde et la citrouille noire

Avec un an d'avance, voici donc le conte d'Halloween pour 2016.

Je le dédie avec mon affectueuse confiance à mes petits-enfants.

 

TATEMOUTARDE ET LA CITROUILLE NOIRE.

 

 

 

 L’ombre de l’horrible sorcière Tartemoutarde se découpait sur le mur de sa sordide chaumière.

 

 « Du fiel de sangsue, une griffe de chauve-souris, une plume de chouette neurasthénique et quelques gouttes d’amers regrets pour achever mon inégalable potion maléfique. »

 

Ainsi soliloquait Tartemoutarde tandis qu’elle touillait ces vils ingrédients dans son répugnant chaudron.

 

 Elle poursuivit aigrement, « Célébrons dignement Halloween, c’est un peu la fête des sorcières,  portons un coup fatal au château des nuages et à ses habitants ! »

 

Perché sur son épaule Krooak, son fidèle corbeau, ponctuait ce discours de sinistres claquements de caquet : crouwouwou, crouwakiki.

 

 Non loin de là mais beaucoup plus haut, une lune ronde et clairette illuminait le château des nuages. Les enfants, Lucette et Nicolas, accompagnés de Surf  leur chat, y devisaient calmement avec la douce fée Yambosana-Unpeurasta et l’enchanteur Mâchelazur.

 

 Soudain, une terrible angoisse étreint celui-ci, les poils de Surf se hérissent, les colibris donnent l’alerte. Trop tard, déjà la ténébreuse silhouette de l’horrible Tartemoutarde chevauchant son balai s’éloigne entre les nuées.

 

 Le lugubre écho de ses paroles résonne dans le château, « Va- poreuxtroll  vandaliseconvulsivecourge. »

 

 Monsieur Mâchelazur se précipite dans la salle de l’ordinateur magique qui contrôle le fonctionnement du château des nuages. L’ordi dégouline de potion tardemoutardesque. Glacé jusqu’à la moelle, l’enchanteur évite de justesse un escadron de vampires, des fantômes sortent des murs qui noircissent et ondulent. Poursuivi par une horde de squelettes ricanants il rejoint la fée Yambosana-Unpeurasta et les deux enfants qui s’enfuient  vers les jardins elfiques. L’enchanteur constate « j’ai perdu mes pouvoirs magiques et le château se transforme en citrouille noire » !

 

Le petit groupe trouve refuge dans la remise où l’on conserve l’eau de lune. A l’extérieur des masses sombres s’agitent. La douce fée Yambosana-Unpeurasta murmure, « moi aussi j’ai perdu mes pouvoirs magiques et dehors les araignées géantes pullulent. Lucette avoue, « j’ai peur mais vous avez toujours pu déjouer les sortilèges de l’horrible sorcière »

 

Une inquiétante torpeur  accable Monsieur Mâchelazur. Il hallucine, il voit des créatures grimaçantes qui l’agressent, il n’a plus la force de lutter. « Non Lucette, cette fois Tartemoutarde est la plus forte » halète-t-il.

 

Celle-ci, flanquée de son volatile familier, n’a pu résister au plaisir de contempler la métamorphose du magnifique château des nuages en  citrouille charbonneuse, elle tournoie au-dessus des ruines. Son compagnon ailé croasse : crouwouwou, raaaaazibus dans les nimbus croowouwouaouououou.

 

Surf le chat affiche grise mine de minet. Soudain un bruit lui fait dresser l’oreille, c’est un peu d’eau de lune qui goutte d’un tonneau. Une petite flaque s’est formée à laquelle Surf vient s’abreuver. L’eau de lune c’est magique !

 

Un matou qui boit de l’eau de lune devient un matou magicien.

 

Un matou magicien peut faire des ronrons magiques sur les genoux de la douce fée Yambosana-Unpeurasta. « Surf  tu scintilles » ! s’exclame Lucette. Peu à peu, ce scintillement se communique à Yambosana-Unpeurasta  qui retrouve ses pouvoirs de fée.

 

Son premier geste la porte vers son ami Mâchelazur prostré contre un mur.  « Faites un effort, sortons d’ici. » -« A quoi bon » rétorque-t-il.

 

A cet instant, la porte grince et s’ouvre lentement. Une longue main décharnée enserre le cou de Nicolas, un squelette menaçant pénètre dans la pièce.

 

L’enfant reste figé de surprise, Monsieur Mâchelazur, empoigne un tibia du revenant et le fait choir, tous les os s’éparpillent. Ce réflexe a épuisé l’enchanteur qui suit courageusement  ses compagnons à l’extérieur.

 

« La montgolfière, crie Nicolas, il faut aller vers la montgolfière, elle est arrimée non loin de la remise. »

 

Des ectoplasmes tremblotent dans des toiles d’araignée géantes, des hordes de chimères baveuses obstruent le chemin. Des fulgurances malsaines lacèrent les murs cristallins du lumineux château des nuages.

 

 La queue en l’air, Surf devance la petite troupe, ses ronrons magiques opèrent une trouée dans cet univers de cauchemar. A la vue de son magnifique aérostat, Monsieur Mâchelazur retrouve un peu d’entrain, ses visions d’enfer s’estompent mais son cœur se brise à la vue de la citrouille noire en gestation.

 

La montgolfière s’élève dans un ciel ravagé de lueurs glauques qui glissent sur l’horrible sorcière.

 

 La douce fée Yambosana-Unpeurasta  prononce la formule magique : « glaireusegodiche tesnullengothique » en dirigeant sa baguette magique vers l’horrible Tartemoutarde.

 

 Un grand silence s’abat sur les blessures cendreuses du château des nuages, un doux gazouillis émerge des bulles d’eau de lune semées par la baguette. Ces bulles forment une ronde vertigineuse qui  produit un dense écheveau d’étincelles.

 

Piégée dans cette phosphorescence électrique, la chevaucheuse de balais s’abat en vrille dans une flaque de jus de potiron noir.

 

 Le chat dont le pouvoir magique s’éteint doucement ronronne dans les jambes de Monsieur Mâchelazur qui  retrouve ses dons d’enchanteur. L’immense citrouille noire se ratatine  lentement pour laisser resplendir la gloire retrouvée du château des nuages.

 

 Le jour d’Halloween évitez de consommer de la soupe à la citrouille noire, vous ne pourriez  plus retrouver le chemin du château des nuages.

 

halloween,tartemoutarde,yambosana-unpeurasra,conte,musique,moussorsky,nuit sur le mont chauve,Jose Serebriercitrouille,nuages,potirons

image: Halloween, Tartemoutarde et la citrouille noire

 

 

 

 

23/10/2015

Conte Halloween -2- Tartemoutarde

CONTE POUR HALLOWEEN

TARTEMOUTARDE ET LES POTIRONS MAGIQUES

 

L’horrible sorcière Tartemoutarde touille son bouillon toxique dans son chaudron cendreux, tandis que Kroaaak, son corbeau loufoque gobe mouches et moustiques alléchés par l’horrifique potion.

 Elle marmonne en touillant énergiquement : hé ! Oui Kroaaak, je ne suis pas aimée, l’année passée j’ai même été transformée en potiron. Une telle honte mérite vengeance !

 Blup, blurp, blurbup. Kroaaak gobe une très grosse mouche.

 

-Oui Kroaaak, je vais prendre ma revanche sur la clique de la fée Yambosana-Unpeurasta qui donne l’eau de lune aux humains.

 Bloup, blourb, blourbloup ! Kroaak gobe une très très grosse mouche !

 

A cet instant, Lucette, Nicolas et Surf le chat, débouchent par le chemin magique dans la bicoque de l’horrible sorcière.

 Ils entendent ses menaces.

 «  Un virus ! Un virus informatique ra-va-geur, voilà le venin que je prépare, je le nommerai « Faiscecifessecela.

Il détruira l’eau de lune dans les ordinateurs, il n’épargnera que les vilenies. Haha ! Il  sera moche le Web privé des contes, de la poésie, des jolies choses et de l’empathie. »

 Blopbloup, blurbloup, blourblurbloup. Kroaaak happe une trop grosse mouche.

 

Un haut-le-gésier le secoue et…il voit les enfants et le chat.

 Kroaaablop, Kroaaablurp, Kroaaabeûûûrk !

 

Alertée et furieuse, Tartemoutarde déroule un tourbillon noir en formulant la fatidique formule : « Lapsuslarigo brimborionfluo »

Rien.

Noir sur noir. Nos jeunes amis baignent soudainement dans les ténèbres.

Très haut là-bas une lueur, la lune, déchirée par une silhouette anguleuse.

-Nous sommes dans un puits, murmure Nicolas. Une chouette hulule au loin, le chat miaule de mécontentement, Lucette frissonne.

Des petits ossements jonchent le sol gluant, une souris ou …un rat fuit dans une anfractuosité.

 Lucette sursaute au contact d’un frôlement étrange ; ce n’est pas un serpent c’est une corde qui lui effleure l’épaule.

 Quelqu’un nous porte secours s’exclame –t-elle. Nos héros s’agrippent à la longue corde qui les hisse lentement hors du puits.

 Monsieur Mâchelazur ! La bonne fée Yambosana-Unpeurasta ! Lucette les a reconnus dès la sortie du piège profond. La lune blême découpe l’ombre  rassurante de la montgolfière amie.

 Soulagé de revoir les enfants et le chat, le magicien Mâchelazur résume la situation en une phrase : «  si Tartemoutarde vous a cherché noise, cela signifie qu’elle prépare encore une diablerie. »

 Dans la nuit profonde, le ballon s’élève au-dessus d’un vieux clocher mordu par les croix du cimetière qui l’entoure. De sinistres nuées avalent la nef aérienne mais Monsieur Mâchelazur est habile magicien, il navigue dans le sillage d’un petit nuage blanc.

 

Chez Tartemoutarde, le chaudron grouille de puantes bestioles : des petites pieuvres volantes, munies d’une vorace  « gueule mange-fichiers » entourée d’antennes vibratiles.

 « Bas les pattes, Kroaaak, ceci n’est pas pour toi », maugrée la nuisible mégère en traçant des signes maléfiques au sol.

 Nos amis et la bonne fée Yambosana-Unpeurasta se précipitent dans la bicoque infernale, un vent glacial s’y engouffre à leur suite.

 « Yambosana-Unpeurasta tu ne pourras entraver l’action de mon sortilège » siffle rageusement Tartemoutarde.

 -Mais si, assure calmement Monsieur Mâchelazur.

 Kroaaak s’élance vers Surf qui bondit et renverse le chaudron. Les monstrueux « faiscecifessecela » s’égaillent. Lucette en écrase quelques-uns pour protéger son chat mais…la sorcellerie opère déjà, les pieds de Lucette restent collés sur les virus écrasés.

 -Tiens bon Lucette, l’encourage Nicolas tandis qu’il tente de capturer Kroaaak.

 Cette pagaille n’empêche pas Tartemoutarde de proférer les mots cabalistiques qui activeront les virus ; «  Nolens Volens Nystagmus Internetomnibusprocessus »

 La luminescente fée Yambosana-Unpeurasta réplique par la formule de l’antidote : « Douxlépidoptères, Citrouillesalutaires Blackboulezlessquatters »

 Le tournoiement de sa baguette magique produit des myriades de gouttelettes scintillantes qui se métamorphosent en…potirons. Ceux-ci se ruent vers les « faiscecifessecela »  (un petit rappel de pacman ?)

 Emerveillés, Lucette et Nicolas et même le chat assistent à ce saisissant spectacle : les potirons dévorent les virus et se transforment en papillons qui s’envolent sur le Web d’où s’élève une musique semblable au chant des baleines.

 Regardez ! Le chaudron, il enfle, crie Nicolas. Il enflait vraiment et il prenait une belle couleur de potiron bien mûr. Quand il devint vraiment gigantesque il avala Tartemoutarde.

Kroaaak s’étouffait presque en tentant de manger la queue de cet énorme potiron.

Bloug, bouglouph, bourglouphbloug.

 

L’eau de lune coule à flots sur le Web et Surf le chat veille sur mon ordinateur, parfois il essaie d’attraper un papillon.

 

 

halloween,conte,tartemoutarde,yambosana-unpeurasra,potirons,magique,n°2