29/02/2016

Le nom d' Umberto Eco ( 2 )

Est celui d'un homme qui rendait la culture plus  passionnante qu'un roman policier.

Il faudrait une longue liste comme il les affectionnait pour décrire toutes les facettes de son érudition, de ses analyses de faits de société et aussi, de son engagement hors de la tour d'ivoire universitaire.

A titre d'exemple voici un extrait du livre suivant, qui commentait un fait divers tragique. ( Des enfants tués par des ours dans un zoo américain )

"Comment voyager avec un saumon" p.171 et 172 - Grasset- ISBN: 2-246-46771-X

"Les légendes de jadis forçaient sur le grand méchant loup, celles d'aujourd'hui exagèrent avec les gentils petits loups. Il ne faut pas sauver les baleines parce qu'elles sont sympas, il le faut parce qu'elles font partie de l'environnement naturel et contribuent à l'équilibre écologique. Au lieu de cela, nos gosses sont éduqués à coup de dauphins parlants, de loups inscrits au tiers ordre franciscain et surtout de Teddy Bear à tire-larigot.

La pub, les dessins animés, les BD sont pleins d'ours bons comme le pain, respectant les lois, câlins et protecteurs. C'est insultant pour un ours de s'entendre dire qu'il a le droit de vivre parce qu'il est grand et gros, balourd et bonasson. Voilà pourquoi je pense que les pauvres mômes de Central Park sont morts non par défaut mais par excès d'éducation. Victimes de notre conscience malheureuse.

Pour leur faire oublier combien les hommes sont méchants, on leur a raconté que les ours sont bons. Au lieu de leur dire loyalement ce que sont les hommes, ce que sont les ours.

(1987)

                            *************

Dans le livre " Confessions d'un jeune romancier" il répond à la question qu'il lui fut si souvent posée quant à sa motivation d'écrire Le nom de la rose : " à un moment de ma vie, j'avais éprouvé l'envie de le faire, et je pense que c'est une explication suffisante et raisonnable."

                            **************

Parmi ses romans, il en est un que tout le monde devrait lire: "La mystérieuse flamme de la reine Iona

Pas parce qu'il y a beaucoup d'images, un large répertoire des publications dessinées pour les jeunes de l'époque fasciste où s'est déroulée son enfance, mais pour la dérision avec laquelle il décrit les aspects tragiques et ridicules du fascisme. Comme toujours, l'auteur nous livre un texte complexe où s'imbriquent aussi des éléments biographiques, une exploration de la mémoire, et caetera

Ses livres sont de ceux qu'on relit et toujours d'actualité.

umberto eco,mystérieuse flamme,reine,ioana,oeuvres,décès,fascisme,animaux

 

Encore un peu d'Umberto Eco

Puits de science, romancier à succès, le Professore était aussi un maître de sagesse. Morceaux choisis de quelques interviews accordées au "Point".

Propos recueillis par , et Sophie Pujas
Publié le | Le Point.fr
Umberto Eco en 2012. "J'attends ma mort de façon tranquille. Bien sûr, j'aimerais être lu longtemps, mais cela ne dépend pas de moi", expliquait au "Point" le Professore en 2002.

http://www.lepoint.fr/livres/encore-un-peu-d-umberto-eco-28-02-2016-2021584_37.php

 

umberto eco,mystérieuse flamme,reine,ioana,oeuvres,décès,fascisme,animaux

  

 

 

 

Les commentaires sont fermés.