12/02/2014

Pour la Saint Valentin,Adam et Eve pris en otages,Cavanna dis moi OK

Pour la Saint Valentin:

Détournement - collage d'une œuvre magistrale que j'admire.

Fait à partir de:

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lamgods_open.jpg?u...

V. Licence

 

agneau mm.png

Et en plus un poème de Jacques Prévert:

 

 

 

Sables mouvants 

 

Démons et merveilles 
Vents et marées 
Au loin déjà la mer s'est retirée 
Démons et merveilles 
Vents et marées 
Et toi 
Comme une algue doucement carressée par le vent 
Dans les sables du lit tu remues en rêvant 
Démons et merveilles 
Vents et marées 
Au loin déjà la mer s'est retirée 
Mais dans tes yeux entrouverts 
Deux petites vagues sont restées 
Démons et merveilles 
Vents et marées 
Deux petites vagues pour me noyer. 

 

http://xtream.online.fr/Prevert/amours.html

 

 

 

 

01/02/2014

Musique de paix, il n'y a pas que des bellicistes parmi les humains

Mais les pacifistes inspirent très peu les jeux vidéos

Pour terminer le mois, un moment d'ode à la paix

 

"

Le War Requiem fut créé le 30 mai 1962 pour la reconsécration de la cathédrale de Coventry, détruite pendant la guerre par des bombardements. La cathédrale avait été reconstruite sur un plan de Basil Spence et l'œuvre de Britten lui a été commandée pour la cérémonie d'inauguration de celle-ci. Pour cette cérémonie également Michael Tippett écrivit un opéra: King Priam.

Il ne s'agissait pas pour Britten de réaliser une œuvre exaltant l'armée britannique victorieuse. Bien plutôt, il y vit une occasion de manifester son rejet de la guerre et de ses atrocités. C'est ainsi qu'il eut l'idée brillante d'associer le cérémonial du Requiem romain à la poésie de Wilfred Owen. Ce dernier, poète bien plus connu en Angleterre qu'en Europe continentale, était un des mieux à même de témoigner de l'horreur de la guerre dans la mesure où, engagé volontaire lors de la Première Guerre mondiale, il avait eu à payer le plus lourd tribut à celle-ci. C'est dans les tranchées des Flandres qu'il écrira un texte d'une amertume cuisante sur ce qu'il vivait en tant que soldat de l'armée britannique, avant de mourir le 4 novembre 1918, une semaine avant l'armistice. Ajoutons à cela qu'Owen était de notoriété publique homosexuel et l'on comprendra que Britten avait trouvé là exactement la sensibilité qu'il cherchait à donner à son œuvre.

La distribution prévue pour la création mérite d'être notée car elle manifeste bien l'intention de Britten. Elle comprend en effet un baryton allemand (Dietrich Fischer-Dieskau), une soprano russe (Galina Vichnevskaïa), ainsi qu'un ténor anglais (Peter Pears). Conçu dans une ambition de réconciliation et de devoir commun de tous les peuples d'éviter la réitération d'un tel conflit, le War Requiem est une méditation, parfois extrêmement douloureuse, sur les pertes suscitées par les guerres et qui n'épargnent personne..."

http://fr.wikipedia.org/wiki/War_Requiem

 

 

 

 

"

Ce poème, écrit en 1917, compte parmi les plus célèbres de Wilfred Owen.

Anthem for doomed Youth

What passing bells for those who die as cattle?
Only the monstrous anger of the guns,
Only the stuttering rifles' rapid rattle
Can patter out their hasty orisons,
No mockeries for them from prayers and bells,
Nor any voice of mourning save the choirs, –
The shrill, demented choirs of wailing shells;
And bugles calling for them from sad shires.

What candles may be held to speed them all?
Not in the hands of boys, but in their eyes
Shall shine the holy glimmers of good-byes,
The pallor of girls' brows shall be their pall;
Their flowers the tenderness of silent minds,
And each slow dusk a drawing-down of blinds.

Hymne à la Jeunesse condamnée

Quel glas sonne pour ceux qui meurent comme du bétail ?
Seule, la colère monstrueuse des canons,
Seul, le crépitement rapide des fusils hoquetants
Peuvent ponctuer leurs oraisons hâtives,
Pour eux, pas de prières ni de cloches dérisoires,
Nulle voix endeuillée hormis les chœurs, —
Les chœurs suraigus et démentiels des obus gémissants ;
Et les clairons appelant pour eux depuis de tristes comtés.

Quelles chandelles seront tenues pour leur souhaiter bon vent ?
Non dans la main des garçons, mais dans leurs yeux,
Brilleront les lueurs sacrées des adieux,
La pâleur du front des filles sera leur linceul,
Leurs fleurs, la tendresse d'esprits silencieux,
Et chaque long crépuscule, un rideau qui se clôt.

 

 

 

 

Wilfred Edward Salter Owen, MC (18 mars 18934 novembre 1918) est un poète anglais, très connu en Angleterre et parfois considéré comme le plus grand poète de la Première Guerre mondiale. Ses poèmes, souvent réalistes et décrivant la brutalité et l'horreur de la guerre de tranchées et des attaques au gaz, tranchent fortement avec l'opinion que le public porte sur la guerre à l'époque, et avec les vers patriotiques de célébrités telles que Thomas Hardy et George Meredith ou d'autres jeunes poètes combattants comme Rupert Brooke. Parmi ses poèmes les plus connus, on peut citer Dulce Et Decorum Est, Anthem for Doomed Youth, Futility et Strange Meeting. La poésie d'Owen a fortement été influencée par les conseils et l'exemple de son ami Siegfried Sassoon.

..."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Wilfred_Owen

 

 

musique

01:07 Publié dans Histoire, Musique, poèmes | Tags : musique | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/12/2013

Meilleurs voeux à tous les indigènes terrestres

 

bonne année 2014,voeux, poème,rire

Meilleurs vœux pour 2014

Chaque année c'est la même chose,

Foin des bonnes résolutions,

Jamais tenues, en perdition,

Que je prends, que l'an neuf m'impose!


Pour changer, j'inverse donc l'action,

Par de mauvaises résolutions.

Agir dans l'ordre, plus de pagaille,

Dire "non" sans ouvrir la bataille,

Résister à l'horloge du chat,

Fuir  l'importun prêchi-prêcha,

Me rendre, quel luxe, indisponible

Aux bouffeurs de temps trop pénibles.


Zut! C'est râpé, loupé, raté,

Ces résolutions là sont bonnes.

Encore tristement échoué.

Commençons cette année qui sonne

Par une saine lessive, un bon bain,

Pour, vlan, éponger les toxines,

De mon gré suivre ma discipline.


La page est blanche, à moi la main,

J'écrirai la suite pour demain.

Perfection n'est pas de ce monde,

Ne suis pas encore sur l'autre bord.

Le rire a de bonnes longueurs d'onde

Pour exprimer des vœux sans remords.


Ch. H.